La consommation de vitamine D en Belgique

La vitamine D suscite actuellement énormément d’intérêt. Ceci s’explique par le rôle de celle-ci non seulement dans le maintien des os, mais aussi dans le fonctionnement optimal du système immunitaire.  La vitamine D est présente dans un nombre limité de produits alimentaires, tels que le poisson gras, les oeufs, la viande et les produits enrichis.1

Où se situe la consommation de vitamine D en Belgique ?  Dans l’enquête nationale de la consommation alimentaire de 2014-2015 fut analysé l’apport en vitamine D de la population belge.2 Ce sondage suggérait des apports en vitamine D peu optimaux.

Recommandations

Les apports recommandés en Vitamine D sont évalués à  10 µg/jour pour les enfants jusque 10 ans. De 11 à 70 ans, la recommandation varie entre 10 et 15 µg/jour. Pour les personnes de plus de 70 ans, l’apport optimal est de 20 µg/jour, tout comme pour la femme enceinte et allaitante (tableau 1) .2

âge Vitamine D3 (µg/jour)
0 – 10 ans 10
11 – 70 ans 10 – 15
plus de 70 ans 20
Grossesse 20
Allaitement 20

Tableau 1. Apports de référence pour la population

Enquête nationale de consommation alimentaire 

De l’Enquête Nationale de Consommation Alimentaire de 2014-2015 a été déduit que l’apport alimentaire moyen en vitamine D en Belgique est de 3,76 µg/jour. Si on y inclut la prise via les compléments alimentaires, l’apport en vitamine D est estimé en moyenne à 10 µg/jour. Le tableau 2 donne un aperçu des apports en vitamine D de diverses catégories d’âge.2

Vitamine D (µg/jour)
Alimentation Alimentation + suppléments
Sexe Hommes 4,09 6,60
Femmes 3,47 10,62
Age 3-5 3,30 8,50
6-9 3,35 8,56
10-13 3,41 5,69
14-17 3,47 3,85
18-39 3,68 6,17
40-64 4,04 15,79
Moyenne 3,76 10,00

Tableau 2. Apports habituels en vitamine D (µg/jour)2

Les principales sources de vitamine D proviennent des familles alimentaires “viandes et produits dérivés”,  “Matière grasse et huile”, “produits laitiers et substituts” et “ Poissons et crustacés”. Ces produits contribuent respectivement en moyenne pour 23%, 21%, 20% et 10% aux apports en vitamine D.

La contribution des compléments aux apports totaux est importante, en particulier chez les femmes (principalement pendant l’enfance et entre 40 et 64 ans). La consommation de vitamine D alimentaire augmente avec l’âge : la plus importante consommation est observée dans le groupe des  40-64 ans.

Les hommes ont en  moyenne un plus grand apport en vitamine D via l’alimentation que les femmes (4,09 vs. 3,47 µg/jour). Néanmoins, lorsqu’on y inclut les apports via la supplémentation, on constate que les femmes ont des apports plus élevés que  les hommes (10,62 vs. 6,60 µg/jour).

Il n’y a pas suffisamment de données probantes pour tirer des conclusions sur la prévalence d’apports inadéquats de vitamine D. Cependant, chez les adolescents  (14-17 ans), on peut dire qu’il y a un risque élevé d’apports inadéquats en vitamine D,  car le 95ème percentile de consommation de vitamine D alimentaire et via supplémentation se situe sous les apports recommandés.

Lire plus: