Soutien nutritionnel après soins intensifs

Soutien nutritionnel après soins intensifsLes personnes qui survivent aux soins intensifs peuvent souffrir de syndrome post soins intensifs (PICS), ce qui peut avoir un impact durable sur leur santé. Une nutrition optimale est fondamentale pendant les phases de recupération sub-aigües et à long terme. Les considérations et les priorités nutritionnelles chez ces patients sont influencées par les diagnostics cliniques, la comorbidité, les complications et le développement de la dysphagie, de la perte de poids, de la fragilité ou de la sarcopénie après avoir été gravement malade. La thérapie nutritionnelle est centrale pendant la réadaptation du patient, en vue de restaurer le niveau nutritionnel, la masse et la fonction musculaires  et d’améliorer la qualité de vie. Les patients devraient recevoir un soutien nutritionnel approprié pour obtenir une consommation adéquate d’énergie et de protéines, car ils transitent par différents modes d’alimentation et éprouvent des difficultés physiologiques et fonctionnelles vis-à-vis de l’apport alimentaire. Le Dr Lim Yen Peng, diététicienne expérimentée de Singapour, s’adresse à l’Institut FrieslandCampina à ce sujet.

Le Dr. Lim Yen Peng est la Diététicienne  Responsable en Chef du Département de Nutrition et Diététique à l’Hôpital Tan Tock Seng Hospital (TTSH) de Singapour, dont fait partie le Centre National de Maladies Infectieuses (NCID). Elle joue un rôle de chef de file dans le développement de services diététiques, qui s’étendent aux soins continus. À titre de présidente du sous-comité de la nutrition hospitalière, elle dirige une équipe interprofessionnelle visant à apporter des changements au système afin d’améliorer la prestation des soins nutritionnels dans une approche collaborative. Lim est également membre du corps professoral du Programme d’amélioration des processus cliniques de l’hôpital. À l’échelle nationale, elle copréside le groupe de diététiciens du Ministère de la Santé afin de susciter des questions professionnelles telles que le cadre de normes de compétences. Elle y participe également au groupe de travail sur les maisons de repos afin de recommander de nouveaux modèles de soins nutritionnels  pour leurs résidents.

Quel rôle jouent les diététiciens dans les soins post-critiques et la récupération ?

Les diététiciens jouent un rôle essentiel au sein de l’équipe multidisciplinaire dans la prise en charge des patients pendant les phases de rétablissement. Leur rôle est de fournir des évaluations nutritionnelles individualisées, prioriser les questions nutritionnelles, planifier et mettre en œuvre des interventions nutritionnelles afin d’optimiser l’état nutritionnel et d’hydratation, tout en surveillant continuellement les besoins nutritionnels et les progrès, et assurer la continuité des soins nutritionnels dans une approche interdisciplinaire.

En plus de soutenir les soins individualisés aux patients, les diététiciens devraient également prendre le leadership pour collaborer avec divers intervenants. Les diététistes doivent se sentir habilités à promouvoir les changements au sein des établissements et des systèmes de soins, à changer de culture et à induire des changements bénéfiques aux soins nutritionnels. La communication demeure le cœur de l’établissement de relations et d’engagement solides.

Pouvez-vous expliquer brièvement les recommandations nutritionnelles pour la récupération post-soins intensifs?

Les phases immédiates après les soins intensifs et de récupération sont aussi importantes que la nutrition reçue durant les soins intensifs. Bien qu’il n’y ait pas de recommandations cliniques formelles sur les besoins énergétiques et protéiques pour les soins post-critiques et le rétablissement, il est important pour les patients de recevoir une énergie et des protéines adéquates pour soutenir la construction musculaire et prévenir la malnutrition.

Une approche pratique de Zanten et coll.,2019 suggère la nécessité d’augmenter les besoins en énergie et en protéines pendant la récupération des soins post-critiques et la sortie de l’hôpital.1

Récupération post soins critiques Post sortie de l’hôpital
Besoins en énergie 125% de la dépense énergétique au repos (REE) 150% de REE
Besoins en proteines 1.5-2.0g/kg poids/jour 2.0-2.5g/kg poids/jour

 

Quand il s’agit de protéines, quels autres facteurs devraient être considérés en dehors de la quantité ?

Soutien nutritionnel après soins intensifs 1Outre la quantité, il est important d’examiner la distribution et la qualité de l’apport en protéines. Comme le seuil anabolisant par repas de protéines alimentaires est plus élevé chez les personnes âgées, il est recommandé de fournir 25-30g de protéines de haute qualité, se composant de 10g d’acides aminés essentiels à chaque repas pour stimuler au maximum la synthèse des protéines musculaires squelettiques et maintenir la masse musculaire. Cette quantité modérée de protéines de haute qualité a montré un effet similaire chez les jeunes adultes.2 Il est également suggéré qu’un apport uniformément réparti et adéquat en protéines stimulera mieux les réponses anabolisantes par rapport à une distribution inégale et inadéquate des protéines. 3

 

Comment les suppléments nutritionnels oraux (SNO) influencent-ils les résultats cliniques?

L’utilisation de suppléments nutritionnels oraux fournis dans le cadre d’une intervention nutritionnelle individuelle d’un diététicien chez les patients présentant un risque nutritionnel va non seulement aider à augmenter l’apport en énergie et en protéines, mais conduit également à des améliorations significatives de la santé et des résultats. Cela peut être observé dans l’essai EFFORT, où il y avait une réduction significative des résultats cliniques défavorables, comprenant les taux de mortalité, l’admission aux soins intensifs, la réadmission non élective à l’hôpital, les complications majeures et la baisse des résultats fonctionnels.4

Y a-t-il des différences dans le soutien nutritionnel post-soins intensifs pour les patients qui étaient en soins intensifs en raison de COVID vs d’autres maladies?

L’objectif ultime de la thérapie nutritionnelle pour tous les patients post-soins critiques est d’optimiser le soutien nutritionnel et il doit être adapté aux besoins physiologiques, physiques et psychologiques du patient. Le diététicien doit également tenir compte de toute présence de malnutrition, de sarcopénie, de dysphagie et des objectifs individuels de réadaptation, qui peuvent influencer les besoins et l’apport nutritionnels du patient.  Il est également important que les interventions nutritionnelles soient surveillées pour assurer la continuité des soins.

Lire plus: